La Fondation Véro et Louis : le pouvoir des mots de Guylaine Guay

Recevoir le diagnostic de Trouble spectre de l’autisme pour son enfant est un choc. Apprendre à vivre et trouver son bonheur dans cette réalité est un défi. Un gros défi, mais c’est possible. Par contre, aussi dévouée que je puisse être, une crainte ne quitte jamais ma tête. Qu’adviendra-t-il d’Ariane le jour où mon corps aura vieilli? Qu’adviendra-t-il de ma fille lorsque je ne serai plus là?

Malgré le fait que mes amies admirent ma capacité à rebondir constamment, je suis consciente que j’ai trente-quatre ans. Malgré le fait que je connaisse ma fille sur le bout de mes doigts, c’est l’énergie qui ne sera plus là. Un jour, tout comme Guylaine Robert qui se dévoue pour la cause de l’autisme depuis 1997, j’aurai un enfant autiste de 24 ans. Ce jeune homme prénommé Alexandre qui pose fièrement sur les affiches de la nouvelle fondation de Véronique Cloutier et Louis Morissette, est le fils de Guylaine Robert, auteure des contes d’Alexandre et du guide formation Par où débuter?. Guylaine, c’est aussi la formatrice qui m’a appris tout ce que je sais sur la méthode de T.E.A.C.C.H. Si la scolarisation à domicile de ma fille, en raison du manque de services dans le système scolaire, fut possible, c’est grâce à Guylaine Robert.

Ma fille n’a que 6 ans, mais comme je connais Guylaine Robert depuis 2 ans, je sais que ça se complique une fois qu’un autiste atteint 21 ans. Jusqu’à l’annonce de Véronique et Louis, les parents vivaient dans l’espoir de voir des maisons pour les autistes de 21 ans et plus prendre forme. Le premier forum T.S.A. du Québec qui a eu lieu en février dernier en a déçu plus d’un, en n’inscrivant pas la création de ces maisons dans ses priorités. Principalement Guylaine Guay qui avait manifesté son mécontentement sur les réseaux sociaux à ce sujet.

La lecture du chapitre 20 de son livre Deux garçons à la mère, ne laisse aucun doute sur ses inquiétudes pour le jour où elle quittera ce monde, laissant derrière elle, ses deux fils autistes, Clovis et Léo. Ce sont ses mots qui ont été lus et entendus par Véronique Cloutier et Louis Morissette. Ce sont ces mots qui ont fait écho jusqu’à la formation de cette fondation dont Guylaine Guay est la marraine. Un juste titre puisque c’est le pouvoir, la conviction de ses mots qui ont permis à des parents d’entrevoir un espoir aujourd’hui.

Après avoir mis un baume sur le cœur de milliers de parents d’enfant autiste avec son livre, l’auteure, la chroniqueuse, la conférencière et la mère, poursuit sa mission de conscientisation de la différence en sachant que son cri du cœur du chapitre 20 a été entendu. Tu te demandais qui t’entendrait, qui le ferait ma belle Guylaine? Eh bien, c’est Véronique et Louis.

La fondation Véro et Louis, lancée le 5 avril dernier, permettra d’amasser des fonds pour la mise en place de maisons qui pourront être habitées par des autistes de 21 ans. Véronique ne s’en cache pas, elle voit grand. Elle ne veut pas une seule maison, elle en veut plusieurs.

Ce projet permettra à des parents, qui se sont dévoués pendant des années, de vieillir et de mourir en sachant que leurs enfants autistes sont entre de bonnes mains et dans des lieux où ils seront entourés d’amour et de soins qui respectent leurs besoins. Une paix d’esprit qui n’a pas de prix. Merci Véronique et Louis.

Pour faire un don, rendez-vous sur le site de la fondation, des évènements sont à venir également pour ramasser des fonds. Les détails se retrouvent sur le site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s